Les effets de la rénovation urbaine sur la gestion urbaine de proximité et la tranquillité publique (II)

Dans la continuité du numéro 225 de Recherche Sociale, ce numéro 226 publie la suite de l’étude réalisée entre 2014 et 2015 pour le Commissariat à l’Egalité Générale des Territoires (CGET), qui visait à apprécier la prise en compte du fonctionnement social et urbain au sein des opérations de rénovation urbaine et à évaluer les effets de ces programmes sur la gestion urbaine de proximité et la tranquillité publique.

Dans le précédent numéro, nous nous intéressions plus particulièrement aux notions de « gestion urbaine de proximité » et de « tranquillité publique », de leur conceptualisation à leur mise sur agenda progressive ; ainsi qu’aux principes qui structurent le « fonctionnement social urbain » d’un quartier. Ce numéro était également l’occasion d’avoir une première approche des 10 sites étudiés.

Nous approfondissons dans ce présent numéro l’analyse de ces 10 programmes de rénovation urbaine. La partie I et la partie II, qui constituent le cœur de l’évaluation, reviennent en détails sur les actions mises en œuvre sur les 10 sites – en matière de GUP d’une part (première partie) et de tranquillité publique d’autre part (deuxième partie) – leur articulation avec les autres politiques publiques, et les effets produits, à la fois pour les habitants, les partenaires et plus largement pour la dynamique territoriale globale. Elles confrontent les intentions initiales et projets théoriques aux pratiques et à la réalité de terrain.

La troisième et dernière partie de ce numéro synthétise les résultats de l’ensemble de l’étude et fournit des recommandations détaillées concernant la gestion urbaine et la tranquillité publique dans les quartiers, sur la base notamment des bonnes pratiques observées et de l’état de la recherche française et internationale sur le sujet.

felis in id ipsum amet, elit. Phasellus fringilla Donec sit venenatis